Direction barrage

Après quinze jours de vacances passés au bord de la mer, retour en Corrèze pour une courte session de deux nuits avec Julien. Après une heure de route, ça y est, nous y sommes, les choses sérieuses vont pouvoir commencer. Nous nous empressons de monter le campement compte-tenu des fortes averses que nous avons croisé sur le trajet. C’est bon tout est prêt! Un petit tour de bateau pour étudier les lieux et poser nos repères. Après de nombreux aller et retour, les cannes sont tendues et amorcées, nous allons pouvoir poser et attendre le premier départ.
Vers 1h30, le détecteur de droite de Julien nous sort de notre sommeil , j’arrive à la canne, mon ami cherche encore ses lunettes. Je lui rends son bien et quelques secondes après le détecteur de ma canne de gauche se met à donner de la voix. . C’est le premier poisson de Julien sur ce barrage, il lui offre un joli combat. De mon côté, mon adversaire me mène la vie dure, je sens de nombreux frottements sur le fil. Julien me rejoint et épuise une petite commune d’environ 5 kg. A l’ouverture du tapis de réception de Julien, je découvre une jolie miroir, verdict du peson : 7 kg.

11.jpg
12.jpg

Retour au chaud, pas pour longtemps vers 3h30, j’enregistre un nouveau départ sur ma canne de droite. Julien met à l’épuisette une petite miroir de 5 kg. Le reste de la nuit fût plus calme.
La matinée est consacrée à retendre les cannes qui ont produit des départs durant la nuit. Peu après 13h, la canne tendue à proximité d’une tête d’arbre immergée se met à dérouler, ferrage, premier contact puissant. Dix secondes plus tard, j’étais accroché, je grimpe dans le bateau. Une fois arrivé à l’aplomb de la tête d’arbre, je me défais d’une première branche puis d’une seconde d’où je vois jaillir mon plomb, bilan : bas de ligne cassé. Le second départ de l’après-midi se produit vers 17h30 sur ma canne de gauche avec à la clé une miroir de 6 kg.

13.jpg

La fin d’après-midi s’écoula sans grand mouvement de nos amis les cyprinidés. Tout est prêt pour attaquer une nouvelle nuit au bord de l’eau. Vers 22h, l’écureuil de ma canne de gauche monte à fond, le scion est complètement cintré, je ferre quand même, quelques instants après je décroche un poisson. Nous sommes partis nous coucher en espérant faire aussi bien que la nuit précédente !!! Vers 2h, quelques bips nous réveillent, je sors quand même voir ce qui se passe : mon écureuil se met alors à descendre tranquillement. Un rude combat s’engage, je sens mon fil frotter surement sur des arbres immergés. De longues minutes s’écoulent avant d’enfin pouvoir apercevoir un poisson court mais trapu, encore un ou deux rush et c’est bon, elle est dans l’épuisette. Julien dépose une magnifique miroir sur le tapis. J’attends avec impatience de voir le poids, résultat : 13,6 kg.

14.jpg

Nous retournons nous coucher, heureux d’avoir enfin pris un poisson de plus de 10. Vers 7h , Julien enregistre le dernier départ de notre session avec un petit poisson de presque 5 kg. Au final, nous comptons 8 départs pour 6 poissons sortis.

Je remercie Bouillette-Maison pour la qualité de ces appâts et je souhaite de bons résultats à tous ceux qui utiliseront ces appâts !

A bientôt au bord de l’eau.
Mathieu COMBRET

Laisser un commentaire




macollectiondebourbon |
mangasworldcosplayshinrei |
ripcurlhugo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le cirque de papi
| Little Ko
| brestseller