Novembre en rivière

Voilà un mois que nous avons programmé une longue et belle session entre amis sur la rivière, type d’eau que nous pratiquons finalement assez peu dans l’année. Nous sommes en novembre, la période se refroidit progressivement ce qui n’est pas pour nous déplaire. Moins de plaisanciers donc plus de tranquillité. C’est donc fort hâtifs que nous nous sommes rendus sur cette rivière avec mon collègue Tony.

           Après 3 heures de route longue et pénible du fait de notre impatience et de la pluie incessante, nous mettons à l’eau sur un bief inconnu. L’eau court très peu, les profondeurs sont importantes, fosses à plus de 15 mètres et bordures comme bien souvent plus qu’intéressantes.

 Novembre en rivière img_6254-300x200 

Après 20 minutes de bateau, la nuit tombe, il est grand temps de trouver un poste, ce que nous faisons rapidement. La nuit est noire, une fine pluie nous tombe dessus au moment de placer les cannes. Le peu de courant sur le bief nous permet de tendre les lignes dans l’obscurité de manière assez précise. Par chance, un cabanon abandonné et imperméable se trouve sur le poste. Tout est vite installé. Nous sommes là pour 4 nuits.

 img_6218-200x300 

             C’est pour nous l’occasion de conclure une période de test sur un produit à base de noix de coco et de fruit. La plupart des cannes sont tendues sur la berge opposée, le plus espacées possible et prospectant dans toutes les profondeurs afin d’identifier rapidement les couches d’eau prolifiques. Enfin, 2 cannes sont déposées sur notre bordure ainsi qu’une autre dans la cassure du lit. Il est 6h du matin, nous dormons profondément quand un fox retentit et me soulève de mon bedchair. Je ferre, les yeux collants, le poisson sort de la bordure pour le large. Je suis confiant et là, un coup de tête qui déclenche une décroche. Je suis vert, je change immédiatement mon bas de ligne et mon hameçon de 4 pour plus de sécurité. Je ne lésine désormais plus sur la réactivité. Nous retournons dormir, le jour se lève lentement, le temps est maussade.

img_6238-200x300

Peu d’envie de bouger quand vers 10h, grosse déroule qui se solde par une casse. Il est temps de réagir, deux touches et deux poissons perdus. Nous enregistrons une ou deux touches dans la journée avec deux petites communes à la clé. Le constat est simple, les poissons passent et se nourrissent rapidement créant des touches certes, mais trop irrégulières. Notre objectif est alors de déclencher le plus de touches possible sans attendre dans notre bed à se tourner les pousses. Je décide alors d’amorcer peu mais régulièrement 200 mètres de bordures uniquement à la bille coupée en deux. Le but est ici de faire rester le plus longtemps possible le poisson sur la zone à fouiller. C’est 8 kilos de billes qui finissent au fond de l’eau. Cette approche s’avère payante puisque j’enregistre 4 touches en 4 heures en début de nuit.

hugo-14

img_6245-300x200

De magnifiques communes viennent nous rendre visite cette nuit là. Tony perd quand à lui beaucoup de poissons : beaucoup de casses. Nous touchons du poisson dans toutes les profondeurs jusqu’à 9 mètres.

hugo-15

Tous nos spots donnent satisfaction, je touche une très belle miroir la dernière nuit alors que les touches ralentissaient, ce qui est un constat fréquent en rivière. C’est au final sur une quinzaine de touches pour une dizaine de poissons que nous terminons notre session. Il est temps de rentrer, des souvenirs plein la tête d’un endroit mystérieux et magique, ou la singularité du lieu et le calme qui y règne en font un luxe qui n’a aujourd’hui plus de prix.  

Amis pêcheurs, je vous dis à bientôt au bord de l’eau

 Hugo P

Laisser un commentaire




macollectiondebourbon |
mangasworldcosplayshinrei |
ripcurlhugo |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le cirque de papi
| Little Ko
| brestseller